Plages et ports des Grands Lacs : réouverture progressive et concertée

Plages et ports des Grands Lacs : réouverture progressive et concertée
L’état d’urgence sanitaire vient d’être prolongé jusqu’au 10 juillet. L’accès aux plages qu’elles soient océaniques ou lacustres, ainsi que les accès aux plans d’eau depuis les ports restent interdits jusqu’au 2 juin à minima à l’échelle nationale.

Les communes ont toutefois la faculté de solliciter une dérogation à la Préfecture en suivant le protocole sanitaire de « gestion du public pour pratiquer une activité physique, individuelle et dynamique » établi par le Syndicat Mixte de Gestion des Baignades Landaises (SMGBL) pour réouvrir ces espaces avant le 2 juin.

Dans le cadre d’une coordination assurée par le SMGBL, la Communauté de Communes des Grands Lacs et l’Office de Tourisme Bisca Grands Lacs, les cinq communes littorales des Grands Lacs (Biscarrosse, Gastes, Parentis-en-Born, Sainte-Eulalie-en-Born et Sanguinet) ont décidé de solliciter des dérogations pour les accès suivants :

• Accès aux plages océaniques de Biscarrosse de 11h00 à 18h00 à partir du 16 mai : plage Nord, plage Sud, plage centrale, plage des Viviers selon la notion de « plage active et dynamique » proposée par le SMGBL : activités sportives individuelles dynamiques, terrestres et aquatiques (marche, course, activités nautiques, surfcasting….). Le sport peut se pratiquer individuellement, en plein air, en respectant la distanciation physique. Rester statique sur le sable n’est pas autorisé.

• Accès aux lacs de Cazaux-Sanguinet et Parentis-Biscarrosse depuis les ports pour les activités nautiques : pêche et navigation de plaisance selon les horaires réglementés par les arrêtés préfectoraux pour les activités de pêche, soit du lever au coucher du soleil. Dans l’attente du retour de la préfecture, adressez-vous l’Office du Tourisme Bisca Grands Lacs (05 58 78 20 96).

Tout autre usage du littoral ou des sites lacustres pour toute autre activité et en dehors de ces horaires est interdit jusqu’au 2 juin. Les plages lacustres n’étant pas en capacité d’avoir des patrouilles terrestres composées de maîtres-nageurs pour faire respecter les règles de distanciation et les mesures sanitaires imposées par le protocole sanitaire demeureront donc fermées à minima jusqu’à cette date.