Les lingettes, fléau des canalisations

Les lingettes, fléau des canalisations
La consommation de lingettes jetables a fortement augmenté ces dernières semaines. Pratiques, elles permettent de désinfecter rapidement des surfaces sur lesquelles le coronavirus pourrait se loger (poignées de portes, paquets, gobelets, etc.). Si leur utilisation fait partie des gestes barrières indispensables en ce moment, elles terminent encore trop souvent leur vie dans la cuvette des toilettes.

Attention car  même si elles sont biodégradables, elles ne le sont pas de suite. Les lingettes peuvent en effet se dégrader naturellement mais au bout de 90 jours. Le trajet des toilettes à la station d’épuration la plus proche ne prend pas aussi longtemps. Elles se transforment alors en filaments qui s’agglomèrent en paquets compacts qui finissent par boucher les canalisations et les  pompes de relevage des stations avec des conséquences sur les mécanismes qui filtrent l'eau.

Si l'on n'agit pas sur nos mauvaises habitudes, on risque d'assister au débordement des eaux usées sur la voirie, vers le milieu naturel ou même directement dans les habitations.

Selon Véolia, les interventions de terrain dues aux dégâts causés par les lingettes se sont multipliées sur Sanguinet.

Avec un geste simple, aidons les équipes qui assurent la continuité de la dépollution des eaux usées indispensable à notre sécurité : les lingettes désinfectantes c’est dans la poubelle, pas dans les toilettes !

Un conseil qui vaut aussi pour les tampons et serviettes hygiéniques, les cotons-tiges et même l’essuie-tout,